-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Heurs et malheurs du sport

-
Soirée-débat : le sport et nous.

L'intervenant était de qualité, VINCENT CAVELIER, bien connu des sportifs en tous genres, qui depuis des années  exerce sa spécialité à proximité de CHARLIEU.

Vincent Cavelier, lors de l'échange
Ses références professionnelles, en ont fait une sommité dans la France sportive :
 * responsable du suivi médical de l'équipe de France de basket, soignés et même dorlotés : les Bilba, Bonato, Parker et bien d'autres accompagnés jusqu'à leur médaille d'argent aux Jeux Olympiques de Sydney.
 * responsable de l'équipe médicale du club de rugby de l'ASM-CLERMONT pendant plusieurs années : là ce sont les Rougerie, Skela, Malzieu qu'il a conseillés et suivis.
 *  Et puis, la Chorale de Roanne durant sans doute une décennie et encore actuellement aidés d'adjoints désormais plus proches du terrain que lui.
 *  Actuellement il prépare un colloque médical international sur la traumatologie dans la sport, notamment du fait d'accidents récurrents dans les sports de contacts.


 
Ami du Cinéma les Halles,  Vincent CAVELIER a volontiers animé l'échange 
sur ce que nous avions intitulé "Bienfaits et dérives du sport", 
le film  Moi TONYA  de  Craig GILLESPSIE  
servant de support divertissant à cette soirée.

Certes le film n'est pas d'une facture exceptionnelle, ni construit autour d'un scénario étourdissant mais il concentre les éléments essentiels d'un débat sur le sport, ses qualités jusqu'à ses dérives : en particulier, à cause de la violence des compétitions de haut niveau et des enjeux financiers, économiques  qu'il engendre.

Il faut dire que cette activité -disons depuis 50 ans- a pris une dimension considérable dans notre société : pratique régulière suivie par des millions d'adeptes, préoccupation permanente de nombreux fans, communication principale dans de nombreux médias, importance financière considérable tant sur le plan de la consommation que sur la publicité qu'entrainent les grands compétitions ou entreprises professionnelles.
Bref, le sport ne laisse pas beaucoup indifférent ... y compris ceux qui en critiquent fondamentalement les développements.

Après un cadrage global du thème, Vincent Cavelier a répondu à toutes les questions de la salle. Questions d'amateurs, de sportifs du dimanche, ou questions plus pointues de spectateurs plus en lien avec le monde sportif de compétition.

Une fois la part des choses faite, on en vint aisément aux conseils sur la pratique et surtout à la nécessité de la pratique régulière. Marcher, courir quelle que soit la forme de pratique est indispensable à la bonne santé.

Mais là on était loin de Tonya, et des acteurs du film, dont les problèmes sociaux ou psychologiques dépassent largement la saine et ludique pratique d'activités physiques. 

Un grand regret : que si peu de personnes se soient déplacées pour entendre et suivre les conseils d'un tel praticien. Dommage ! ... mais la Chorale de Roanne, les Verts de Saint-Etienne jouaient des matches importants ce soir-là. Ceci explique sans doute cela. 
Quant aux autres "absents", sans doute étaient-il à ce même moment sur les terrains, les chemins, dans les salles de sports ou à l'entrainement pour affûter leur forme !

En tout cas, nul n'a regretté la soirée qui s'est largement poursuivie. Un grand merci Vincent !

Au centre Vincent CAVELIER, entouré des animateurs de AU FIL DU TEMPS - photo Guillaume DESCAVE