-.- Accès rapide aux rubriques -.-




________________________________________________________________________________________________________________
_

Ciné-débat

Cycle Ciné-Collection - semaine du 29 mars au 4 avril

-

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19457635&cfilm=1763.html
http://charlieu-cinemaleshalles.blogspot.fr/2016/05/saison-2016-2017.htmlFilm de William FRIEDKIN. - (1h56 - VOST)
Produit en 1985
Avec : William L. Peterson, Willem Dafoe, John Pankow.
http://charlieu-cinemaleshalles.blogspot.fr/2017/02/cycle-cine-collection-semaine-du-15-au.htmlGenre : policier, thriller.

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19457635&cfilm=1763.htmlScénario - Richard Chance est un flic tête brûlée, obsédé par la traque du faussaire Rick Masters. Le jour où son coéquipier est abattu alors qu’il menait une opération en solo, Chance va peu à peu dévier de la légalité pour parvenir à ses fins et régler ses comptes… dans un bain de sang. Critique - Avant l’avènement de Michael Mann, Police fédérale Los Angeles, réalisé en 1985, et qui ressort en salles, a longtemps été l’étalon-or du polar angeleño. L’intrigue en est assez classique : suite à la mort de son partenaire abattu lors d’une filature solo, un jeune flic tête brûlée poursuit obsessionnellement un chef de réseau de faux monnayeurs.La patte de Friedkin consiste d’abord à brouiller les lignes entre le bien et le mal : le flic n’hésite pas à utiliser des moyens illégaux et à court-circuiter sa hiérarchie pour parvenir à ses fins, agissant autant par vengeance personnelle que pour l’intérêt général. De l’autre côté, le truand est un individu calme, sophistiqué, amateur d’art. Policier casse-cou (il pratique le saut à l’élastique) contre gangster yuppie (c’est le beau et inquiétant Willem Dafoe dans un de ses premiers grands rôles), on est dans un affrontement sans merci qui laisse peu de place aux sentiments, dans un univers viril où les femmes sont réduites aux rôles d’auxiliaires des hommes et d’objets sexuels.

To live and die in L.A.
 
La vraie force du film, c’est bien sûr le style Friedkin qui filme à la fois le L.A. bohème chic dans le style lisse "hight tech" des années 80 (loft d’artistes, bars sombres, lumières bleutées, néons colorés, sexe, le tout scandé par le rock et la pop FM de l’époque) et le L.A. industriel, vaste paysage d’usines, de cheminées, de hangars, de câbles électriques et de terrains vagues, un assemblage béton, métal, garrigue et poussière brûlé par le soleil. Cette plongée dans l’envers du décor de la cité des rêves culmine avec une homérique poursuite de bagnoles à travers des entrepôts, le lit asséché de la L.A. river puis un freeway pris à contresens, réplique californienne du fameux morceau de bravoure new-yorkais de French connection.

Dans son entreprise de stylisation, Friedkin est bien épaulé par Robby Müller, le chef-opérateur de Wenders sur Paris Texas, aussi à l’aise pour sublimer un bar de gogo danseuses qu’un crépuscule sur une ligne de pylônes ou sur les docks de Long Beach. Mais la lumière californienne est ici un leurre : Police fédérale… est un film sombre, hanté par le cynisme, l’individualisme et la mort, comme l’indique son titre original, To live and die in L.A.

 [Les Inrocks - 7.01.2017] 
-
WILLIAM FRIEDKIN

Il apprend le métier de réalisateur sur les plateaux de télévision dès l'âge de 17 ans. Il se spécialise dans le documentaire, puis réalise un épisode de la série Alfred Hitchcock Présente. Il a 27 ans lorsqu'il tourne son premier long métrage, Good Times.

Mais c'est French Connection qui le propulse sur le devant de la scène en 1971. Ce film policier sur fond de trafic de drogue reçoit cinq Oscars, dont ceux du Meilleur film et du Meilleur réalisateur. A la suite de ce succès, le cinéaste dispose de moyens considérables pour tourner L'Exorciste (1973). Ce classique du film d'épouvante se classe en tête de tous les box-offices et remet le genre au goût du jour. William Friedkin semble transformer tout ce qu'il touche en or. Pourtant, il suspend ses activités durant quelques années. C'est avec Sorcerer (Le Convoi de la peur) remake américain du Salaire de la peur d'Henri-Georges Clouzot, qu'il fait son retour derrière la caméra en 1977. Malheureusement, le film est un échec commercial. Côté vie privée, Friedkin épouse l'actrice française Jeanne Moreau, dont il divorce rapidement.

Au tournant des années 70-80, il se réoriente vers le registre policier,  avec Police fédérale Los Angeles, dans lequel on retrouve une scène de poursuite automobile aussi mémorable que celle de French Connection. De retour dans le domaine de l'épouvante, il signe Le Sang du châtiment (1988) et La Nurse (1990), qui ne rencontrent pas le succès attendu. Il en va de même pour Jade (1995), qui s'inscrit dans la mouvance du thriller érotique.

Après le très controversé film de procès militaire L'Enfer du devoir sorti en 2000, William Friedkin parvient à se réconcilier avec la critique en réalisant l'efficace et nerveux Traqué (2003), thriller dans lequel s'affrontent Tommy Lee Jones et Benicio Del Toro, ainsi que les adaptations des pièces de Tracy Letts : le huis clos Bug, présenté à La Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2006, et le thriller Killer Joe, en Compétition à la Mostra de Venise en 2011.